Visions d'un gay

31 octobre 2009

Transition ...

Mon entrée dans cette blogosphère c'est faite il y a peu et c'est pour moi un bonheur parce qu'elle m'apporte chaque jour son lot d'émotions et de petits bonheurs au travers des relations humaines qu'elle met à ma portée.

Ce blog qui n'est pas mon unique blog, n'a plus à ce jour d'utilité, puisque ce que je veux y exprimer je le fais d'une autre manière sur mon blog principal en revetant la tenue du Dr Maboule.

Alors si vous êtes un adepte de ma grande sagesse, je vous invite à consulter désormais :

http://maxivirus.canalblog.com/

Merci de votre fidélité et j'espère que vous ne serez pas déçu par le Dr Maboule.

Bien cordialement.

Posté par phoenixdu92 à 12:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]


28 octobre 2009

Pestiféré ?

Il n'y a rien de pire que d'être mis à l'index. Et pourtant, l'Humain est pourvu d'un instinct de survie qui lui intime l'ordre de mettre à l'index tout ceux qui représentent un danger potentiel pour lui-même.

Et même si on est tolérant, que l'on se veuille ouvert d'esprit, il y a des dangers que l'on a du mal à ne pas mettre à l'index.

L'un d'entre eux et probablement le pire actuellement (je compte sur notre société pour trouver pire que  ça dans les décennies à venir) est le SIDA.

Personnellement, j'ai été confronté à cette saloperie par le biais de mon meilleur ami.

J'ai appris sa séropositivité par l'intermédiaire de son blog.

J'ai été choqué ! Mais après d'intenses moments de reflexions j'ai fini par comprendre.

Le pire n'a pas été (et je pense ne même pas y avoir pensé) qu'il ne m'en ait pas parlé directement et que je l'apprenne comme tous ses lecteurs connus ou anonymes, mais plutôt la peur que cela change quelque chose dans nos relations.

En fait, quand je l'ai su, j'ai bien évidemment beaucoup pleuré et la seule question que je me posais c'était de savoir si je serai capable de le regarder comme avant, de ne pas avoir un regard plein de pitié ou de trouille, je ne sais pas vraiment.

J'appréhendais le moment où l'on se reverrait.

Puis ce jour est arrivé. Et en fait rien n'avait changé entre nous. Le sujet est venu naturellement, il m'a d'ailleurs beaucoup appris sur le sujet (c'est là qu'on voit que l'information donnée par les médias est nulle), je crois même qu'une plus grande complicité s'est développée entre nous.

J'ai ce jour là, eu un enorme soulagement. Je pense avec le recul, que ma plus grande peur était de devenir ce que j'execre à savoir un "intolerant mettant à l'index les gens différents".

Dans ma quête de l'homme de ma vie, j'ai croisé le chemin d'un garçon qui semble s'intéresser à moi, je ne suis pas spécifiquement attiré par lui, mais je sais que ca n'est pas pour ça qu'il ne peut pas être celui que le destin à choisi pour moi.

Lors de nos discussions, il a l'honneteté de me dire qu'il est séropositif (c'est tout à son honneur). Sans même y réfléchir, je lui ai répondu "Et alors ! Il existe des moyens de se protéger ! Ou est le problème ?".

Et c'est vrai, que je ressentais comme une espèce de muflerie de sa part, de mettre en doute comme ca brutalement une qualité que j'essaye de garder à savoir la tolérance et l'ouverture d'esprit.

Mais, voilà, cela fait quelques jours que nous n'avons eu l'occasion de nous croiser sur MSN et je me pose des questions, pleins de questions.

Après réflexions, je me suis dit que si c'était lui le mec de ma vie, je ne pourrais que lui faire l'amour avec un préservatif (ce n'est pas plus génant qu'autre chose - mais le fait de faire un test à deux pour prendre la décision de ne plus les utiliser c'est symboliquement un engagement de la part de chacun - et un moment fort et intense dans la construction d'un couple) et puis je me suis dit aussi que je ne pourrais jamais plus sucer qu'un bout de plastique (ca par contre c'est vraiment limite repoussant).

Me voila donc replongé dans des reflexions que je pensais réglées grace à mon meilleur ami et qui s'avèrent en fait pas si facile que ça à régler.

J'ai bien peur, que ma peur (justement) soit à la l'origine de freins invisibles que mon esprit met sur la route de la reflexion concernant la faisabilité de la construction d'un couple avec ce mec.

Je ne sais pas si je suis très compréhensible, mais j'essaye d'être honnête avec moi-même, et je crois qu'en faite j'ai du mal à concevoir qu'il puisse être le mec de ma vie, justement à cause de sa séropositivité.

Et quand je me dis cela, je me dit que je ne vaux pas mieux que ces abrutis intolérants que je mets au pilori dès que j'en ai l'occasion et franchement je me déçois beaucoup.

Posté par phoenixdu92 à 10:40 - Commentaires [1] - Permalien [#]

27 octobre 2009

Je sais ...

Merci de vos sollicitations personnalisées par des contacts directs, ca me fait dire que ce que je dis tout haut vous avez du le vivre aussi et n'osez pas en parler.

Je sais que vous aimeriez que je vous balance mes vérités plus régulièrement, mais bon, l'inspiration ne vient pas forcement facilement, alors n'hésitez pas à me proposer des thématiques, vu que j'ai une grande gueule, j'aurais surement des choses à dire.

A vous la parole :)

Posté par phoenixdu92 à 19:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 octobre 2009

Je suis jaloux !

Je viens de découvrir une perle de drolerie et de réalisme, en ligne avec le style éditorial de ce blog.

http://lemanueldesurvie.canalblog.com/

J'adorerais rencontrer son auteur parce que nous passerions de sacrés moments à se tordre de rire.

Posté par phoenixdu92 à 00:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 octobre 2009

Réveillez-vous !!!

Vous dormez ou bien ?

Y'a que quand je dis du mal de la tribu gay que vous mettez des commentaires pour m'encenser, car je suis plein de bon sens.

Vous avez le droit de parler sur tous les sujets !

Ce sont vos commentaires qui me permettent de réagir et de trouver de nouveaux sujets !!!!

Alors bougez-vous !

Posté par phoenixdu92 à 22:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 octobre 2009

La sémantique du sexe.

Il y a 3 styles sémantiques de pratiquer le sexe (je ne précise rien de plus car cela s'applique à toutes les pratiques qu'elles soient gay, bi ou hétéro).

Je commencerai par la moins satisfaisante des 3 à mon goût personnel (mais qui semble avoir des adeptes acharnés parmi les membres de la gente masculine appréciant les relations sexuelles avec les congénères de même sexe qu'eux), à savoir "la baise".

Cette pratique, à la sémantique triviale, n'a pour objet que la satisfaction physique. Certains adeptes peuvent la pratiquer à répétition dans certains lieux propices à l'abbatage. Le fait est que le seul objectif recherché est l'atteinte la plus rapide possible de l'éjaculation.

Pour ma part, même s'il m'arrive de pratiquer quelques fois cette sémantique là, je n'y trouve que peu de plaisir car cette pratique à pour désavantage de priver ses utilisateurs de nombres de sensations bien plus satisfaisantes que l'éjaculation.

Je suis donc plutôt adepte de "l'amour" (avec un petit "a").

Contrairement à la baise, l'amour se pratique en prenant son temps, le but recherché n'est pas l'éjaculation mais de profiter de tous les plaisirs que peuvent se procurer les protagonistes. Ce qui permet de sustenter chaque sens et de ravir toutes zones sensibles d'un contentement maximal.

Le toucher, la vue, l'ouie, l'odorat et le goût sont ainsi mis en éveil et transmettent au cerveau nombres d'informations que celui-ci peut à sa guise transformer en plaisirs.

Cette sémantique nécessite pour son utilisation une plage de temps assez longue, il est donc préférable, avant de s'y lancer, d'être à même d'oublier le temps (en gros, avoir quelques heures de libres dans son agenda).

Le plaisir n'étant qu'une transformation intellectuelle d'une sensation corporelle, cette sémantique permet de tirer profit de toute sensation ressentie et d'atteindre des plaisirs inconnus par les adeptes de la baise (c'est dommage pour eux !).

Et puis, il y a la dernière des 3 sémantiques, "l'Amour" (avec un grand "A").

Cette dernière, n'est autre que la deuxième, aggrémentée du petit plus qui fait toute la différence, le sentiment.

Cette dernière sémantique est donc soumise à une obligation de sentiments réciproques des intervenants.

Cette seule différence permet une amplicafication du plaisir par un coefficient si important que l'Everest paraît bien petit à côté des sommets de plaisirs que l'on peut atteindre lorsque l'on à la chance de pouvoir réunir les conditions à la pratique de cette sémantique.

Etant un fervant adepte de cette dernière sémantique et n'ayant pas pour le moment réussi de nouveau à réunir les conditions nécessaires à son utilisation, je dois me contenter de la deuxième.

Quoi qu'il en soit, je trouve regrettable que peu de gay n'aient eu la chance de découvrir cette dernière sémantique, car il va s'en dire (mais c'est toujours mieux de le dire) que ceux qui savent profiter pleinement de cette sublimation des sens, n'ont aucune envie de regresser vers les deux autres.

Et vu le nombre de "couple libre" ou de "en couple donc discret" qui foisonnent sur les profils, j'ai bien peur que ces couples n'aient de fondement que sur la praticité logistique qu'ils apportent.

Posté par phoenixdu92 à 11:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 octobre 2009

Y'a pas que la bite ...

Non, il y a aussi les COUILLES.

Anatomiquement parlant, les couilles plus communément appelées les bourses, les burnes, les baloches ou encore les sacs a foutre (je vous parlerai surement un jour du foutre plus connu sous le nom de sperm) sont des réservoirs dans lesquels sont entreposés les spermatozoides et qui se vident lors d'un orgasme.

Ces petites ou grosses (la nature en à varié la taille selon les individus) poches qui pendouillent, plus ou moins selon l'étirement de la peau, sous la bite (pour ceux qui ne savent pas ce qu'est une bite, voir l'un des posts antérieurs à celui-ci) sont d'une sensibilité extrême (si vous êtes agressé par un individu de sexe male, frappez fort cet endroit précis et vous aurez le temps de ramasser vos affaires et de fuir avant qu'il arrête de se tordre de douleur) et se révèlent une source de grand plaisir lorsqu'une langue experte vient à les chatouiller.

Désolé pour vous mesdames que la nature à omis de vous pourvoir de ces attributs, même si pour les lectrices qui sont hétéros, je vous recommande de noter ce détail au cas où l'envie vous prendrait de donner un plaisir particulier à votre compagnon.

Ces quelques informations pratiques ayant été développées sufisament, venant au sens figuré, objet réel de cette chronique.

Lorsque l'on aborde le sens figuré, ces dames se révèlent redoutables et prouvent bien souvent qu'elles ont des COUILLES. Et mon expérience plus qu'éprouvée, me ferait même dire qu'elles ont plus de COUILLES que les mecs.

Dommage qu'on ne puisse pas s'amuser (sexuellement parlant bien sur) avec ces couilles là.

Tout ça pour dire que d'un point de vue général et sans véritablement faire de généralité ni balancer un à priori, fort peu de mec ont vraiment des COUILLES.

Et il semblerait que dans la population gay, les mecs couillus se fassent plus que rare.

Mais quel est donc le rapport avec notre thématique des sites de rencontres me direz-vous ?

Nous y arrivons.

Les comportements de mes congénères sexuellement attirés comme moi vers les mâles, sont de flagrantes preuves de ce triste constat.

Combien de ceux avec lesquels j'ai eu des contacts (virtuels seulement) se baricadent derrière leur écran de PC bien au chaud dans leur chaumière et ne font que réver ?

Ces spécialistes du camouflage sont appelés (dans les profils) par ceux qui se disent avoir des couilles des "mythos" et bien souvent les profils regorgent d'expression du genre "out les mythos".

Il n'empêche que ces couillus ne sont pas plus couillus qu'un galet sur la plage.

Entre ceux qui n'ont pas les couilles de dire simplement "je ne suis pas intéressé" ou ceux qui te banisse de leur MSN sans prévenir, ceux qui ont toujours milles excuses bidons pour ne pas organiser un rendez-vous, ceux qui posent des lapins ou ceux qui annulent (pour t'éviter de te déplacer pour rien - ceux là ont un minimum d'éducation), je me vois dans l'obligation de constater qu'effectivement, il n'ont de couillus que l'image qu'ils se complaisent à vouloir croire d'eux-même.

Mais j'attribuerai la palme du manque de couilles, à ceux qui poussent plus loin l'expérience et qui te laisse croire que le bonheur est à portée de main et qui n'ont pas les couilles d'amuser leur incapacité à s'engager.

Merde, les mecs ressaisissez-vous !

Y'a pas de mal à ne pas être prêt à s'engager dans une relation de longue durée, mais DITES-LE et assumez votre envie d'enchaîner les plans cul.

N'allez pas chercher le prince charmant quand vous n'en êtes encore qu'au stade, je veux être recordman du nombre de bites sucées.

La nature nous a filer des couilles alors servez-vous en au propre comme au figuré.

Posté par phoenixdu92 à 17:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 octobre 2009

Et si on ...

se rencontrait ?

Si l'on réfléchit deux secondes (oui ! pas plus après on fatigue), les sites de rencontre portent bien leur nom !

Ils sont la pour mettre en contact deux individus (ou plus dans certains cas) afin de permettre une RENCONTRE (vous voyez que deux secondes c'est suffisant !).

Donc lorsque l'on s'inscrit le but du jeu, devrait être (oui, j'ai bien dit "devrait", car il apparait nettement que ce n'est pas le cas de beaucoup d'inscrits), objectif être assez séduisant (c'est là que je comprends pourquoi, y'en a qui maquille la vérité - moi je le fais pas, j'ai peut être tort - à réfléchir) pour décrocher LE rendez-vous.

On joue avec ce que l'on a, moi j'ai ni la gueule de playboy, ni le corps d'appolon, donc je joue avec mes armes, à savoir, les mots, l'humour.

Et puis, vu que si je me mets à poil au milieu d'un troupeau de mecs en rut, ils ont plutot tendance à se barrer en courant que de me sauter dessus, je n'ai pas pour objectif primaire de trouver un plan ou le mec de ma vie, mais de faire connaissance de belles personnalités (je vous rassure, je n'ai pas fait voeux de chasteté, donc quand l'occasion se présente ...).

Donc, il n'est pas rare que je me lance à contacter les uns où les autres, en jouant avec les mots de leurs profils. Ben, "Salut, Ca va ?" ca fait pauvret en rimes, alors j'essaye l'originalité.

C'est à ce moment là, que les premiers comportements primitifs sortent de leur cachette.

Cas n°1 : Le mec n'ouvre même pas le message et ne passe même pas sur ton profil.

Cas n°2 : Le mec lit ton message, passe sur ton profil, et te mets illico sur sa liste noire (tu peux plus voir son profil, ni lui écrire).

Variante du cas n°2 : Le mec ne te met pas sur sa liste noire (il ne doit pas savoir comment faire), mais oubli simplement de te répondre.

Dans ces cas et variantes, on peut constater un manque évident d'éducation et de savoir-vivre, car une simple réponse du genre "Désolé, t'es pas mon genre" est compréhensible et ne prend pas 3 jours à rédiger.

Ce type de comportement est assez répendu, malheureusement, mes statistiques personnelles, comme ça à la louche (ça c'est de la précision), environ 80 % de mes premiers messages subissent ce type de traitement.

Doit-on en conclure que le gay est mal élevé ?

Interessons-nous plutôt aux 20 % restant.

Cas n°3 : Pas intéressé.

Verdict implacable, le fond pas les formes, mais au moins, il ont un minimum de correction (oui, minimum mais pas plus). Statistiques : env 15 %.

Il reste donc 5% qui ont une éducation minimum et ne sont pas totalement illettrés au point de ne pas savoir écrire.

Cas n°4 : Une réponse de bon ton, s'appliquant à reprendre la thématique du 1er message (quelques fois en y mettant un peu d'humour). Tu commence à lire et tu te dis, ça c'est une personnalité sympa !

Mais quand t'arrive à la dernière ligne, tu vois la mention indiqué par le site "Message de fin de discussion".

Cool le mec t'as répondu une fois et à vider toutes ses cartouches de vocabulaire d'un seul coup ! Et en plus tu peux même pas le remercier d'avoir pris quelques secondes de son précieux temps pour te répondre.

Une fois comptabilisé ces 4 %, il reste env 1 % de mec avec qui tu commence une discussion.

Bien souvent, les discussions meurent d'elle-même, le mec discute avec 25 profils différents et vu que t'es pas son genre du tout et que parce qu'il est bien élevé il t'a pas envoyé sur les roses, il a du mal à répondre à tous, et se concentre sur ceux aux physiques plus proche de ses aspirations.

Il y a ceux avec qui une belle discution du genre phylosophique va à son terme (il finit par être tard et il faut bien aller se coucher) et qui parce qu'ils t'ont fait l'honneur d'avoir un échange intéressant, ne te répondent plus par la suite. Faut pas déconner, j'ai fait la BA de ma vie, j'ai discuter avec le thon de service.

Il y a aussi ceux, qui te trouve super beau, craquant, qui veulent que tu les baises et avec qui tu conviens d'un rdv. T'as beau avoir échangé sur MSN, avoir échangé les numéros de téléphone et appelé, le jour dit à l'heure dite, y'en a une grande partie qui te pose un lapin et qui grâce aux miracles de la technologie moderne ne sont plus jamais joignables par la suite. Bon, y'en a aussi avec qui le plan se déroule bien.

Puis, ils y a ceux pas nombreux, avec qui tu échange ton MSN et avec qui tu as l'occasion de re-discuter plus tard. Certains disparaissent tu ne sais pas pourquoi, d'autre deviennent des amis et puis à de rares occasions, il y en a un avec qui la petite étincelle s'allume, mais ca c'est une autre histoire.

Et vous vos stats c'est quoi ?

Posté par phoenixdu92 à 11:29 - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 octobre 2009

Le néant pour slogan.

C'est la devise qui semble être le fer de lance de bien des gays qui grouillent dans la glauquitude (oui je fais des néologismes ! et alors ?) des sites de rencontre gay.

Pourquoi un tel constat ?

Il suffit de regarder les profils pour constater qu'il apparaît que la ségrégation anti-gay commence dès le plus jeune âge, puisque bon nombre d'entre-eux n'ont visiblement jamais appris à écrire. Les gays ne sont-ils pas admis dans les écoles publiques ?

Remarquez pour éviter de montrer sa nullitude (oui encore un néologisme), il n'y a rien de mieux que de ne rien dire.

La majorité n'arrive qu'à sélectionner des réponses dans des listes déjà établies et qui se limitent à annoncer leur âge, taille, poids, taille de la bite (on y revient ! oui, mais on aime ça !) et autres renseignements basiques, qui dans bien des cas, ne sont même pas complétés.

Il y a pourtant des zones de texte libre, qui permettent de laisser transparaître sa personnalité par le biais d'un texte personnel. Mais peut être le gay n'a-t-il pas de personnalité ?

Y'en a même qui annonce la couleur en écrivant (oui, ils connaissent quelques mots), "rien à dire ici car personne ne lit les profils". Ben si y'en a qui les lisent !

Bref, au milieu de ces navrants profils vides de toute information "intéressante", on découvre parfois de véritables bijoux. Des textes touchants, émouvants, poétiques même.

On y découvre aussi des langages incompréhensibles limite des codes secrets composés d'abréviations et de signes en tout genre.

Si Molière voyait ça il se retournerait dans sa tombe.

J'ai faillit oublié de préciser que par principe le gay est bogosse !

Si, si, je vous assure, dans tous les profils ou presque on retrouve la mention "bogosse cherche ...".

Le problème c'est que les bogosses ne mettent pas tous leurs photos.

Y'en a c'est vrai ils sont canons (miam miam), d'autres faudrait qu'ils envisagent de réviser leur vocabulaire (si je mettais sur mon profil "bogosse cherche le mec de sa vie" ça le ferait, mais pas longtemps, faut arrêter de se la jouer), et puis y'a les fantômes sans photos et là c'est am stram gram ...

Quand tu discute avec les fantômes, bien souvent il n'ont ni msn, ni aucun moyen de te montrer leur belle gueule de bogosse (que tout le monde y tombe raide dingue rien qu'a les apercevoir), en gros si tu veux voir le mec le plus canon de la galaxie t'as qu'à te déplacer et le rencontrer.

Et les photos sur les profils, ça aussi c'est intéressant pour décortiquer les personnalités.

Y'a ceux qui n'ont qu'un torse (certes souvent très alléchant) ou qui n'ont qu'une bite (en général la king size de l'appendice est mis en valeur par la présence d'un référentiel permettant d'en apprécier l'exceptionnel longueur).

Y'a aussi ceux qui n'ont qu'un cul (plus ou moins poilu, plus ou moins flasque, y'en a aussi des très jolis bien rebondis sur lesquels on ne se ferait pas prier pour foncer).

Doit-on en conclure que par principe le gay, n'est qu'un morceau de chair baiseur ou à baiser ?

Si d'aventure des anti-homos se promenaient sur les profils ils auraient de quoi vilipender encore plus les gays.

Et encore, nous n'avons pas abordé les "pratiques" indiqués sur les profils.

Ah ! ça a de l'imagination un gay ! Ca invente de ces jeux !

Entre ceux qui rèvent de se faire déformer le cul par un poteau télégraphique et ceux qui n'ont pour ambition que de servir de tapis de sol sur lequel on saute à pieds joints et on essuie ses pieds (après avoir courageusement enduit ses semelles d'excréments canins en marchant sur les trottoir pour arriver jusqu'à chez eux), on trouve ceux qui attendent qu'une ribambelle de bites viennent sans interruption pendant des heures se succèder pour déposer leur semences, ou encore ceux qui veulent être traités comme des chiens (même le pire des chiens on pourrait pas le traiter comme eux envie d'être traiter).

Les profils seraient-ils un reflet de la société moderne ou juste de la "communauté" ?

Quoi qu'il en soit, je me sens un peu extra terrestre sur cette planète de bites déjantées.

Je vous rassure au milieu de toute cette décadence, on découvre parfois des personnalités formidables avec qui on développe une relation Humaine, mais y'a quand même du boulot pour les trouver.

Voilà un rapide aperçu de ce que l'on trouve sur les profils, si vous avez des informations complémentaires (j'en suis sur d'ailleurs ! je n'ai surement pas pensé à tout), ben restez pas dans vos coquilles indiquez les en commentaires.

Posté par phoenixdu92 à 13:18 - Commentaires [3] - Permalien [#]

11 octobre 2009

Apparté.

Avant de commencer ma série de post sur les comportements gay que j'ai constaté via les sites de rencontre gay, j'ai décidé de faire un petit écart au programme pour aborder un sujet qui me tient à coeur.

Le coming-out.

S'il y a un sujet qui me fait sortir de mes gonds c'est bien celui-là !

"Il faut être fier d'être gay !"

Telle pourrait être la devise des défenseurs de la gay-vie, et pourtant c'est d'une connerie sans nom.

Comme si pour permettre de faire cesser la discrimination contre les gays, il suffisait de s'afficher.

Pourquoi ne pas porter une étoile rose (l'étoile jaune ayant déjà été attribué à un pan de l'histoire, le rose me semble plus adapté - et puis comme couleur c'est flashy et ça se voit de loin) pendant qu'on y est.

Mais Merde (à la fin au début et tout le temps) ! Un gay n'a rien de différent d'un hétéro, c'est un Homme.

Comme si le fait d'avoir une sexualité tournée vers les membres du même sexe que soi était une tare.

La sexualité est encore assez tabou dans notre société pour qu'on puisse officiellement lui concéder les qualificatifs de "vie privée" et "d'intimité".

Alors pourquoi, serions-nous obligé de déclarer en place public, que nous préférons une bite à un vagin ?

Certes, il me parait important d'informer notre entourage proche (et encore, ca dépend des circonstances) afin que personne n'est d'attaque cardiaque, si d'aventure il te trouvait au pieu avec un mec.

Mais hormis pour des raisons qui n'ont d'autre but que de protéger ceux que l'on aime (mais avec qui on ne couche pas), je ne vois pas pourquoi on devrait clamer nos préférences sexuelles au monde entier.

Quel est l'abruti qui peux penser que le meilleur moyen d'être intégré à la société, pour pouvoir arriver au but ultime et idéal qu'il n'y ait plus de différence, soit de s'afficher et de montrer ses différences ?

Certes tout comme dans le cas de l'intégration des immigrés, chacun se doit de garder ses traditions, ses différences, mais en société, rien n'oblige à se différencier. Si les immigrés dont la couleur de peau est différente de la notre, ne portaient pas sur leur corps ce signe distinctif, ne croyez-vous pas que leur intégration serait depuis longtemps terminée ?

A mon humble avis (humble, même si je suis persuadé d'avoir raison - j'ai un petit bout de cerveau et j'essaye de m'en servir), le fait de jouer la visibilité, n'avait d'intérêt que pour marquer les populations quand l'homosexualité devait rester clandestine du fait de l'étroitesse d'esprit d'une certaine époque.

Aujourd'hui cela ne se justifie plus, bien au contraire. Il serait préféreable de se fondre dans la masse.

Vous imaginez ce que ca donnerait si chacun devait afficher son appartenance à une "communauté" ?

Allez hop, une grosse étoile de couleur différente pour chaque appartenance !

Ceux qui cumulent les mandats ressemblerait à des sacs à dos ambulants !

Alors, arrêtons ces conneries et laissons à chacun la LIBERTE de sa sexualité.

Posté par phoenixdu92 à 12:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]